Alerte à Nice : 500 signalements d’odeurs nauséabondes reçus

Par : Jean-Christophe

La ville de Nice a été récemment enveloppée par une odeur pestilentielle, affectant particulièrement ses quartiers Est, depuis le lundi 5 février 2024. Ce phénomène mystérieux, revenu en force après un court répit le week-end précédent, a suscité une vague d’indignation parmi les résidents, qui ont largement partagé leur désarroi sur les réseaux sociaux. Face à cette situation alarmante, plusieurs actions ont été menées, tant par les autorités locales que par des organismes de défense de l’environnement, afin de déterminer la source de cette nuisance olfactive et d’y mettre fin.

Les démarches entreprises par la municipalité et la réaction de la population

Face à près de 500 signalements d’odeurs nauséabondes reçus, le maire de Nice, Christian Estrosi, n’a pas tardé à réagir en sollicitant l’intervention du préfet pour une investigation approfondie. Ce dernier a été invité à effectuer des contrôles ciblés sur les industries présentes dans la vallée du Paillon, susceptibles d’être à l’origine de cette pollution odorante. Parallèlement, la population de Nice, particulièrement affectée dans les quartiers de Rimiez, l’Ariane, Cimiez, Riquier, Saint-Roch, ainsi que d’autres zones, exprime son exaspération. Les habitants, subissant quotidiennement une odeur comparable à celle du gasoil, du soufre ou des matières brûlées, partagent leurs témoignages d’inconfort et de symptômes tels que des nausées et des maux de tête sur les plateformes sociales.

Les actions des associations environnementales et les premières analyses

L’association Terre Bleue, appuyée par Nice à Vélo, a décidé de prendre les devants en réalisant des relevés de polluants atmosphériques. Utilisant un appareil de mesure, ces organismes ont récolté des témoignages et des données préliminaires révélant des concentrations élevées de particules fines et d’ozone. Malgré ces indices alarmants, les capteurs employés ne permettent pas de détecter spécifiquement les polluants olfactifs. La recherche de la source précise de ces émanations reste donc en cours, avec une attention particulière portée vers les installations industrielles et l’usine d’incinération de déchets de l’Ariane, fréquemment mentionnée dans les discussions publiques comme potentiellement responsable.

Reaction d’atmosud et des services municipaux

AtmoSud, l’organisme régional de surveillance de la qualité de l’air, a adopté une position prudente face à cette affaire. Selon eux, bien que les signalements d’odeurs soient pris au sérieux, les mesures réalisées n’ont rien révélé d’anormal concernant les polluants réglementés. Ils soulignent la nécessité d’identifier d’autres types de polluants et la source exacte de cette nuisance olfactive. Pendant ce temps, la mairie de Nice et l’usine d’incinération des déchets, bien qu’elles fassent l’objet de suspicions, réfutent toute responsabilité dans cet incident, indiquant une mobilisation de leurs services pour élucider cette énigme. La mairie a également sollicité les services de l’État pour une enquête exhaustive.

Justice et préfecture mobilisées pour faire la lumière

Devant l’absence d’explications concrètes et l’inquiétude grandissante de la population, Hélène Granouillac, représentante de Terre Bleue, annonce que l’association envisage de saisir la justice pour « atteinte à l’environnement et à la santé publique ». Cette démarche vise non seulement à obtenir des réponses claires sur l’origine de cette pollution olfactive mais aussi à s’assurer que les mesures adéquates seront prises pour protéger la santé des Niceois. Parallèlement, la préfecture, dont la réponse est encore attendue, reste un acteur clé dans la coordination des investigations et la mise en œuvre de solutions pour résoudre cette problématique complexe.

Initiatives futures pour prévenir d’autres incidents

Face à l’incertitude entourant l’origine de cette odeur nauséabonde, il est impératif que les autorités locales, en collaboration avec les organismes de surveillance de l’environnement et les associations engagées, renforcent leurs efforts pour élucider cette affaire. L’installation de capteurs mobiles dans les zones impactées, comme suggéré par Terre Bleue, ainsi qu’une enquête approfondie sur les potentielles activités industrielles coupables, sont des mesures cruciales. Ces actions contribueront non seulement à restaurer la quiétude des habitants de Nice mais aussi à mettre en place une prévention efficace contre la récurrence de tels phénomènes.

Laisser un commentaire